• Black Facebook Icon

SUIVEZ-MOI SUR

© 2020

20 FÉVRIER 2020

Chers Bollénois,

Président de l’interco depuis 2014, tout en étant conseiller municipal d’opposition, j’ai travaillé avec passion pour tous les habitants de Bollène.

 

L’interco ne peut pas tout, son champ d’action est limité par la loi. Mais dans les domaines où nous avons le droit d’intervenir, j’ai la certitude que nous avons toujours agi, avec ma majorité, au service du territoire et du mieux-vivre de ses habitants. Il reste encore beaucoup à faire, mais que de chemin parcouru !

J’ai pourtant un regret : pendant 6 ans, par calcul politique idéologique, madame le maire de Bollène n’a cessé de nous mettre des bâtons dans les roues, jouant de la polémique et n’hésitant pas à saborder des projets qui auraient amélioré votre quotidien.

Ensemble, nous aurions pu faire bien plus. En mars prochain, ce sera le cas : le maire de Bollène sera aussi président de l’interco, et nos moyens seront démultipliés.

 

Ce travail que je voulais vous présenter, une vérité que chacun peut mesurer : aujourd’hui, c’est l’interco qui contribue à refaire battre le coeur de Bollène !

14 FÉVRIER 2020

Chers Bollénois,

Depuis 6 ans, je suis la cible favorite de Marie-Claude Bompard qui a passé plus de temps à me surveiller, à me dénigrer qu’à travailler dans l’intérêt des Bollénois.

16 pages sur papier glacé pour parler de moi alors qu’elle n’a consacré, il y a quelques jours, que 12 pages à ses 12 années de mandat.

Je peux comprendre qu’on puisse ne pas être d’accord avec les choix que j’ai faits avec mon équipe, mais s’il y a bien une chose qu’on ne peut pas dire c’est que je n’aime pas Bollène.

C’est un comble, d’ailleurs, que le maire sortant de Bollène, qui vient tous les matins depuis 12 ans d’Orange là où elle vit, puisse me faire le procès de ne pas aimer la ville dans laquelle je vis depuis ma naissance.

Ce torchon s’ajoute à la longue série d’insultes et de calomnies portées à mon encontre depuis de trop nombreuses années.

Cela ne fait pas honneur ni à notre ville ni au maire sortant en difficulté !

 

Aujourd’hui, je tiens à remercier les 70 amis et soutiens de notre équipe qui sont en train de distribuer sur l’ensemble de la ville les plus de 7000 exemplaires de ma réponse.

La dynamique est bien là, un mouvement s’est créé et rien ne pourra désormais nous empêcher de refaire battre le cœur de Bollène !

Merci de votre soutien, merci pour Bollène !

11 JANVIER 2020

Entouré de ses colistiers et devant plus de 150 Bollénois, Anthony ZILIO inaugurait son local de campagne. Un espace d’accueil et d’échanges, au 24 boulevard Victor Hugo.

Retrouvez le discours inaugural prononcé ce matin samedi 11 janvier :

« Chers amis, chers Bollénois,

Au moment où je tiens ce micro pour inaugurer au milieu des Bollénois ce local de notre liste, je suis envahi par deux sentiments : la fierté et l’émotion.

La fierté parce que ce que nous avons pu faire pour les Bollénois à travers l’intercommunalité, et qui n’avait jamais été fait, ce que nous avons initié et qui se voit dans notre ville (l’arrivée de deux nouveaux médecins, la dynamisation du centre-ville avec ces nouveaux commerces, la maison du terroir, la deuxième salle de cinéma, la rénovation des écoles qui avaient été abandonnées, enfin le rejet de ce gazoduc qui devait couper la ville en deux) nous rendent fiers, me rendent fier. C’est un début, il y a encore tant à faire.

L’émotion, parce que je suis un être humain et sensible à votre présence nombreuse ce matin. Un président d’interco, un candidat à la fonction de maire n’est pas grand chose sans soutien, sans vous et je crois que je ne vous remercierai jamais assez.

Emotion surtout de conduire une liste de rassemblement qui allie expérience et dynamisme dont je remercie chacun des colistiers présent aujourd’hui et que j’aurai l’honneur de présenter aux Bollénois dans les jours à venir. Ils me portent, ils me soutiennent, ils ont la volonté de redonner une image positive de Bollène, de faire en sorte que Bollène soit mieux demain qu’aujourd’hui.

C’est donc à la tête d’une liste sans étiquette politique (non pas parce qu’il n’y avait pas d’étiquette politique dans les colistiers mais parce qu’elles y sont toutes) que nous sommes candidats pour Bollène et contre personne. J’insiste, contre personne !

Mais cela ne doit pas nous empêcher de regarder notre ville aujourd’hui et d’en tirer un constat implacable.

Non, l’insécurité n’a pas diminué. Non les finances de notre ville ne sont pas au beau fixe, je dirais même qu’elles sont dans le rouge, la datte pharaonique de notre commune a augmenté de 33% durant les 6 dernières années. C’est une folie !

Mais oui, près de 1000 Bollénois ont quitté notre ville sur les douze dernières années.

Nous n’acceptons pas de voir Bollène décliner.

Quand certains ont baissé les bras depuis longtemps, nous avons fait la démonstration qu’il n’était pas dans notre nature de nous résigner. La dynamique que j’ai lancée, je la poursuivrai. Les Bollénois sont prêts à ce changement, ils nous le disent tous les jours et partout.

Ils veulent enfin être écoutés et ne pas être oubliés dans les différents quartiers de notre ville.

Nous leur proposons pour cela de prendre soin d’eux car c’est leur priorité.

Nous réaffirmerons l’autorité municipale à l’égard des délinquants et des victimes que nous soutiendrons en ne résumant pas la lutte contre les incivilités et la délinquance à des sirènes et des gyrophares.

Nous redonnerons à la jeunesse bollénoise la place qu’elle n’aurait jamais du perdre en la considérant, en la valorisant, en la respectant.

Nous développerons un service dédié à nos aînés, un service dédié aux seniors et à l’intergénérationnel, qui respecte leur souhait de rester chez eux le plus longtemps possible dans de bonnes conditions. Et nous entendrons les plaintes des résidents du foyer Daudet sur leur conditions de vie.

Nous entendrons les présidents d’association, les commerçants et chefs d’entreprise en les associant.

Enfin, je veux redonner la parole aux milliers de Bollénois que l’on n’entend jamais et qui méritent comme chacun d’entre nous d’être entendus. Nous proposerons pour cela dès notre élection la nomination d’un adjoint élu à la concertation qui aura la charge de tous les domaines de consulter, écouter et amender les projets proposés pour les Bollénois. Un budget participatif sera dédié pour cela et un conseil citoyen de 33 Bollénois tirés au sort sera créé afin de voir se réaliser les projets que les Bollénois sont en droit de demander.

Vous l’avez compris, nous souhaitons construire une ville où chacun se sentira fier, en redonnant la parole aux Bollénois, sans jamais baisser les bras et en respectant l’argent du contribuable.

Pour cela, nous avons besoin du soutien de chaque Bollénois, à commencer par ceux de votre entourage. Encore merci infiniment pour ce que vous faites !

La dynamique est là, continuons, persévérons, pour que Bollène reprenne vie ! »

20 DÉCEMBRE 2019

Chers Bollénois, 

En cette fin d'année, à quelques jours de Noël, au moment où l'activité intercommunale se termine avec le dernier conseil communautaire mardi soir, le dernier comité syndical du Lez mercredi après-midi, les chantiers sont engagés pour la fin du mandat. Le travail est fait et j'en suis fier notamment l'arrivée des deux médecins généralistes annoncée pour le début d'année 2020, l'enquête publique sur la protection des inondations du Lez, les écoles réparées, la deuxième salle de cinéma, la maison du terroir, la mise en place de commerces ou l'aide à l'installation d'entreprises... Tout est bien engagé !

Est-ce que c'est parfait et est-ce qu'on aurait pu mieux faire ? Certainement.

Bollène et Rhône Lez Provence n'ont pas entretenu les relations qui auraient permis de faire plus, d'être plus efficace au service des Bollénois parce qu'il y a de la ressource à la fois humaine et financière. 

 

C'est un véritable gâchis et je le regrette !

Je le regrette parce que je vis ce territoire dans le quartier Saint Blaise depuis que je suis né, il y a 34 ans. Je le regrette aussi parce qu'avec Bollène j'ai une histoire singulière - mon enfance, ma famille et mon lieu de vie. Je le regrette parce que l'histoire de Bollène est plus noble que de la résumer à de la polémique, parce que les Bollénois attendent encore aujourd'hui qu'on prenne soin d'eux et qu'on les défende.

Force est de constater que Bollène n'est plus attractive ! Les 1000 Bollénois qui ont quitté la ville durant les dix dernières années en sont la démonstration !

Pourtant, je ne baisse pas les bras sur les sujets de la désertification médicale, de la perte des services publics, de l'abandon du centre-ville. J'y ai travaillé, j'y travaille encore et je proposerai des solutions concrètes à tous ces problèmes.

Je crois d'ailleurs, avoir largement contribué en tant que président de l'intercommunalité à faire revivre Bollène dans les domaines que je pouvais en injectant près de 20 millions d'euros pour les Bollénois.

 

Cette dynamique que j'ai lancé et que les Bollénois apprécient méritent que je puisse la poursuivre en tant que maire de Bollène. 

 

Je suis donc candidat à l'élection municipale des 15 et 22 mars prochains.

 

Ce travail nécessite l'union et la concertation. Je conduirai une liste sans étiquette politique parce que ce ne sont pas les partis politiques qui vont nous dicter ce qui est bon ou mauvais pour notre commune !

 

L'avenir de Bollène passe par les Bollénois avant tout. J'aurai l'occasion dans les jours à venir d'associer et de rassembler tous les Bollénois à ma démarche en leur demandant ce qui leur semble le plus important à leurs yeux pour voir Bollène mieux demain, qu'aujourd'hui.

 

D'ici là, chers Bollénois, je vous souhaite à vous ainsi qu'à vos proches de passer de très belles fêtes de fin d'année !

 

Sincèrement, 

 

Anthony ZILIO